compromission [proposition de clause contractuelle v03-2022]

compromission [proposition de clause contractuelle v03-2022] :

désigne toute exploitation par un tiers d’une Vulnérabilité et/ou d’un Malware (i) qui porte atteinte au fonctionnement attendu par le PRESTATAIRE du Service ou du Logiciel et/ou du Système d’Information d’une partie; et (ii) qui est susceptible de constituer un délit ou un crime (par exemple une atteinte à un système de traitement automatisé de données au sens des articles 323-1 à 323-3 du Code pénal). Toute Compromission avérée et documentée, par exemple via des Traces, doit faire l’objet d’une information par la partie qui le subit au profit de l’autre. Les actions de remédiation aux Compromissions (appréciation de criticité, mise en œuvre de Correctifs, etc.) sont définies dans les obligations de Maintenance à la charge du PRESTATAIRE.

Partagez sur

Il est difficile, pour les juristes comme pour les professionnel(le)s du numérique et de la sécurité des systèmes d’information de s’y retrouver dans le maquis des définitions légales, en vigueur ou à venir. Le dictionnaire LEGAL que nous vous proposons inclut les définitions des projets de Règlement et de Directive UE (très nombreuses mais pas toujours pertinentes…) et certaines définitions propres au droit français. Lorsque nos lois sont muettes, nous vous proposerons des définitions issues de notre pratique contractuelle.

Tapez un mot clé, un numéro de Directive/Règlement UE ou cherchez par ordre alphabétique : vous devriez trouver une définition légale.

Et à partir d’une définition, cliquez sur le lien qui vous est proposé pour accéder au texte légal qui vous intéresse.

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Generic selectors
Exact matches only
Cherchez dans le titre
Cherchez dans le contenu
Post Type Selectors

fournisseur de services d’intermédiation en ligne [Règlement P2B n°2019/1150 du 20 juin 2019 (Platform to Business)] :

toute personne physique ou morale qui fournit, ou propose de fournir, des services d’intermédiation en ligne à des entreprises utilisatrices.

Partagez sur

certification de sécurité [glossaire technique en ligne de l’ANSSI] :

délivrée par l’ANSSI. Elle porte sur des produits de sécurité (matériels ou logiciels). Elle atteste de la conformité d’un produit de sécurité à un niveau de sécurité donné. Il s’agit d’une évaluation à l’état de l’art réalisée en fonction d’une cible de sécurité et d’un niveau de sécurité visé. Elle est matérialisée par un rapport de certification et un certificat tous deux signés par le Directeur Général de l’Agence. Le catalogue des produits de sécurité certifiés, accompagnés de leur cible de sécurité et de leur rapport de certification est publié sur le site Web de l’Agence. On parle de certification « premier niveau » (CSPN) ou de certification « Critères Communs ». Cette certification est délivrée par l’ANSSI sur la base des travaux dévaluation menés par un CESTI (Centre d’Evaluation de la Sécurité des Technologies de l’Information). Les CESTI sont des laboratoires accrédités par le COFRAC (Comité Français d’Accréditation) et agréés par l’ANSSI. Le catalogue des CESTI est publié sur le site Web de l’Agence. Au sein de l’ANSSI, c’est le Centre National de Certification de la Sous-direction Expertise qui remplit ces missions.

Partagez sur

sécurité [des réseaux et des systèmes d’information] [PROJET de Règlement DORA du 24 septembre 2020 pour le secteur financier (Digital Operational Resilience Act)] :

la sécurité des réseaux et des systèmes d’information au sens de l’article 4, point 2), de la Directive UE « NIS » n°2016/1148 du 6 juillet 2016.

Partagez sur