système d’accès conditionnel [Directive UE « CCEE » 2018]

système d’accès conditionnel [Directive UE « CCEE » n°2018/1972 du 11 décembre 2018] :

toute mesure technique, système d’authentification et/ou arrangement subordonnant l’accès sous une forme intelligible à un service protégé de radio ou de télévision à un abonnement ou à une autre forme d’autorisation individuelle préalable.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Partagez sur

Il est difficile, pour les juristes comme pour les professionnel(le)s du numérique et de la sécurité des systèmes d’information de s’y retrouver dans le maquis des définitions légales, en vigueur ou à venir. Le dictionnaire LEGAL que nous vous proposons inclut les définitions des projets de Règlement et de Directive UE (très nombreuses mais pas toujours pertinentes…) et certaines définitions propres au droit français. Lorsque nos lois sont muettes, nous vous proposerons des définitions issues de notre pratique contractuelle.

Tapez un mot clé, un numéro de Directive/Règlement UE ou cherchez par ordre alphabétique : vous devriez trouver une définition légale.

Et à partir d’une définition, cliquez sur le lien qui vous est proposé pour accéder au texte légal qui vous intéresse.

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Generic selectors
Exact matches only
Cherchez dans le titre
Cherchez dans le contenu

détenteur de données [PROJET de Règlement UE « DGA » du 25 novembre 2020 (Data Governance Act)] :

une personne morale ou une personne concernée qui, conformément au droit de l’Union ou au droit national applicable, a le droit de donner accès à certaines données à caractère personnel ou à caractère non personnel qu’elle contrôle ou de les partager.

Partagez sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

atteinte au secret des correspondances [article 226-15 du Code pénal] :

Le fait, commis de mauvaise foi, d’ouvrir, de supprimer, de retarder ou de détourner des correspondances arrivées ou non à destination et adressées à des tiers, ou d’en prendre frauduleusement connaissance, est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Est puni des mêmes peines le fait, commis de mauvaise foi, d’intercepter, de détourner, d’utiliser ou de divulguer des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie électronique ou de procéder à l’installation d’appareils de nature à permettre la réalisation de telles interceptions.

Lorsqu’ils sont commis par le conjoint ou le concubin de la victime ou le partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité, ces faits sont punis d’une peine de deux ans d’emprisonnement et de 60 000 euros d’amende.

Partagez sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

horodatage électronique [Règlement UE « eIDAS » n°910/2014 du 23 juillet 2014] :

des données sous forme électronique qui associent d’autres données sous forme électronique à un instant particulier et établissent la preuve que ces dernières données existaient à cet instant.

Partagez sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

NFT [pas de définition légale] :

NFT est l’acronyme de « Non Fungible Token » ou « token non fongible ».

—> voir « jeton »

NDLR : « fongible » (dictionnaire Larousse en ligne) : « Se dit de choses qui se consomment par l’usage et qui peuvent être remplacées par des choses de même nature, de même qualité et de même quantité (par exemple denrées, argent comptant) ».

Partagez sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

secteur financier [PROJET de Règlement UE « DORA » pour le secteur financier du 24 septembre 2020 (Digital Operational Resilience Act)] :

Le [PROJET de Règlement UE « DORA » ] s’applique aux entités suivantes:

(a) les établissements de crédit,

(b) les établissements de paiement,

(c) les établissements de monnaie électronique,

(d) les entreprises d’investissement,

(e)  les prestataires de services sur crypto-actifs, les émetteurs de crypto-actifs, les émetteurs de jetons se référant à un ou des actifs et les émetteurs de jetons se référant à un ou des actifs et revêtant une importance significative,

(f)  les dépositaires centraux de titres,

(g)  les contreparties centrales,

(h)  les plates-formes de négociation,

(i)  les référentiels centraux,

(j)  les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs,

(k)  les sociétés de gestion,

(l)  les prestataires de services de communication de données,

(m)  les entreprises d’assurance et de réassurance,

(n)  les intermédiaires d’assurance, les intermédiaires de réassurance et les intermédiaires d’assurance à titre accessoire,

(o)  les institutions de retraite professionnelle,

(p)  les agences de notation de crédit,

(q)  les contrôleurs légaux des comptes et les cabinets d’audit,

(r)  les administrateurs d’indices de référence d’importance critique,

(s)  les prestataires de services de financement participatif,

(t)  les référentiels des titrisations,

(u)  les tiers prestataires de services informatiques.

Aux fins du [PROJET de Règlement UE DORA], les entités visées au paragraphe 1 (a) à (t), sont collectivement dénommées «entités financières».

Partagez sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin